Élise Dallemagne : une septième victime sur « Koh Tao »

Photo : Thai Rath

Le corps sans vie d’Élise Dallemagne avait été retrouvé dans la jungle de Koh Tao en avril dernier. Selon la police locale, la jeune femme Bruxelloise de 31 ans s’est pendue à un arbre. Sa mère ne croit pas une seule seconde à cette théorie. Selon elle, sa fille ne montrait aucun signe de dépression et avait même prévu de revenir en Belgique après un tour du monde de deux ans entre la Thaïlande, l’Inde, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

La police provinciale de Surat Thani a ordonné vendredi dernier aux officiers de l’île de Koh Tao de rouvrir l’ enquête sur la mort de la touriste Belge qui fut auparavant jugée comme un suicide.

Élise Dallemagne / Facebook

Cette réouverture d’enquête intervient alors que des nouvelles revelations sont apparues selon lesquelles Elise, aurait pu être assassinée contrairement à ce que la police a conclu en avril, quand elle a été retrouvée morte pendue le 27 avril dernier.

Les cas de suicides par suspension cervicale auto-infligée, autrement dit, pendaisons sont incroyablement rares chez les femmes. Selon un psychologue policier expérimenté en Allemagne, les femmes se suicide presque toujours par overdose ou en se coupant le poignet, mais il n’a jamais eu un seul cas dans sa carrière d’une jeune femme se suicidant par pendaison dans la nature.

« Après avoir vu les nouvelles, j’ai ordonné à la police de Koh Tao de trouver plus d’informations sur sa mort », a déclaré le commandant de la police adjoint de Surat Thani, Preecha Kladsawad.
« Nous voulons savoir si elle a été vraiment assassinée, comme le rapporte les médias ».

Elise a été revue pour la dernière fois à proximité du Poseidon Resort à Tanote Bay et a réservé un billet pour Bangkok qui était prévu pour le 24 avril 2017. La réservation du billet est confirmée. Après cela, elle a disparu sans laisser de traces et son corps a été retrouvé le 27 avril, derrière le Tanote Family Bay Resort dans la jungle.

Lieu à proximité du drame / Photo du passeport de la victime / Source : Dailynews

Un site d’information belge a cité son père disant que sa fille ne montrait aucun signe de dépression ce qui l’a amené à croire qu’elle aurait pu être assassinée, alors que sa mère a été citée en disant que son corps était « accroché et à moitié dévoré par des lézards » au milieu de la jungle. (une information contre-dite par la police de l’île).

Dans un message daté de mercredi, un journaliste allemand vivant à Koh Tao a déclaré qu’il avait des comptes rendus de témoins oculaires qui remettaient en doute les explications de la police.

« Nous avons eu des connaissances par des témoins oculaires que le corps d’Elise était enveloppé dans de vieux T-Shirts et une bouteille d’essence a été trouvé dans un petit sac a proximité », a écrit Sam Gruber, qui travaille pour notre confrere « Der Farang ».

Tanote Bay / Google Earth

L’incident n’a pas été signalé aux médias à l’époque. Le colonel Preecha a déclaré que c’était une procédure standard, bien que la police signale habituellement les crimes graves aux médias.

Quand un journaliste a contacté la police de Koh Tao mercredi, deux officiers ont nié la connaissance de la mort de la touriste:

« Je ne me souviens pas d’une Belge », a déclaré le lieutenant-colonel Napha Senathip.

« Parfois, les gens meurent sur Koh Tao sans [une enquête], car parfois les gens meurent », a déclaré le lieutenant-colonel Chokchai Sutthimek. « Cela dit, les médias devraient cesser d’appeler Koh Tao l’île de la mort, car c’est contraire à l’éthique du journalisme. »

Preecha, le commandant adjoint de la police provinciale, a déclaré qu’il ne pouvait pas encore donner une estimation sur la date de fin de la nouvelle enquête.

Gruber, le journaliste allemand, s’interroge:

« Pourquoi la police a-t-elle conservé ce cas secret jusqu’à ce jour? Sans le cri d’appel l’aide de sa mère, aucun d’entre nous n’aurait jamais entendu parler de cette mort tragique » … « L’intention de la police était-elle de faire taire l’affaire afin de protéger le tourisme et surtout de ne pas permettre une nouvelle polémique dans les médias au sujet d’un nouveau meurtre sur Koh Tao? »

Voir aussi sur ZoneSamui:

  • La famille de Luke Miller demande justice
  • Une jeune femme russe de 23 ans disparaît a Koh Tao
  • Car en effet la réputation de Koh Tao en tant que station balnéaire idyllique a pris un virage sombre après que deux britanniques aient été tués en septembre 2014. Deux travailleurs migrants birmans ont été condamnés pour avoir tués les touristes et violé l’un d’entre eux, bien que de nombreux sceptiques croient qu’ils sont juste des bons boucs émissaires qui cacherai la présence d’un « serial killer » sur l’île.

    Cela porte a sept le nombre d’étrangers morts ou disparus dans la petite île en 3 ans. Et la police a rarement informée la presse de ces décès, elle a souvent été contrainte de communiquer a cause de la pression des réseaux sociaux et des médias étrangers.

    Du coté des farangs vivants sur place (et dont la totalité des revenus dependent du tourisme), si plusieurs s’interrogeait au début de cette série macabre, beaucoup sont désormais dans le deni total, insinuant eux aussi que les medias mènerai une campagne negative contre l’île. Il y’a quelques jours déjà nous vous parlions de ce retournement de veste incroyable d’un bénévole secouriste de Koh Tao, dont les internautes ont découvert qu’il cherchait à vendre son resort.

    Mise a jour :
    Selon l’enquête, la jeune femme aurait déjà tentée de de suicider en ce jetant sous un métro a Bangkok et aurait fait partie d’un mouvement sectaire, « Sathya Sai Baba », un culte Indien dirigé par un Allemand, qui aurait quitter l’île il y’a environ 2 mois.

    Sources: Khaosod , Der Farang, DailyNews, RTL Belgique, T.V & L.R

    Vous souhaitez apporter une correction ou un complément d’information, nous suggérer un article ou nous signaler une erreur, merci de le faire sur notre formulaire disponible ici.