Suzanne Buchanan sort du silence, elle se dit « surprise » du mandat d’arrêt délivré contre elle

Suzanne Buchanan, le 9 août dernier / Photo : Facebook

La directrice de la publication du journal anglophone « Samui Times » s’est exprimée pour la première fois, dans un magazine communautaire catholique, depuis le mandat d’arrêt délivré contre elle dans le cadre de la fausse plainte de viol sur Koh Tao.

« Je ne sais vraiment pas pourquoi [ils ont décidé de venir après moi] », a déclaré Suzanne Buchanan, rédactrice en chef du Samui Times, à ucanews.com

La police recueille des preuves lors d’une mission d’enquête à Koh Tao jeudi dernier après le viol présumé d’un touriste britannique sur l’île / Photo : Bangkok Post

« De nombreuses publications en Thaïlande et dans le monde ont rapporté des incidents disproportionnés de décès de touristes à Koh Tao. Il me semble très étrange que les autorités s’en prennent au Samui Times. Je pense que les autorités sont mécontentes de la publicité négative faite à Koh Tao et souhaitent faire taire les petites publications qui en rendent compte. » a-t-elle dit.

« Samui Times » a été lancé en 2013

Les autorités locales, sont peut-être « incapables ou peu désireuses de s’attaquer à de grandes publications capables de se défendre ou peut-être veulent-elles simplement montrer qu’elles agissent et trouvent que les petites publications sont plus faciles à intimider. » … « Je suis désolée qu’ils aient pris cette mesure au lieu d’investir cette énergie dans la résolution des problèmes évidents de Koh Tao », a-t-elle ajoutée.

Elle avait récemment relayée la plainte d’une jeune femme britannique qui avait prétendu s’être faite violée sur Koh Tao. Les éléments de l’enquête, effectuée par un des plus hauts gradé de la police, avaient conclus que les accusations étaient fantaisistes comme dans l’affaire similaire survenue avec le policier français en avril dernier, néanmoins la justice souhaite entendre la jeune femme avant de clore définitivement l’enquête.

A la suite d’une plainte, de kammans (maires d’arrondissement ou chefs de village) de Koh Tao, le tribunal provincial de Samui avait approuvé un mandat d’arrêt contre les administrateurs de pages « Samui Times » (le site de Suzanne Buchanan édité depuis le Royaume-Uni), « CSI LA » (une page hostile au gouvernement éditée depuis les USA) et 12 de leurs abonnés pour avoir partagé ces contenus.

Les forces de police déployées sur Koh Tao, le 1er septembre dernier / Photo : Khaosood

L’affaire a été largement relayée au Royaume-Uni, où la femme a signalé l’incident à la police et a fourni ce qu’elle a présentée comme une preuve ADN du crime (un t-shirt taché de sperme). Sa mère aurait eu l’intention de se rendre en Thaïlande pour demander à la police une enquête approfondie.

« Ce dernier viol n’est pas une fausse histoire. La jeune fille en question a interrompu son voyage de plusieurs mois autour du monde, elle est retournée au Royaume-Uni où elle a rencontré des professionnels de santé et a été prise en charge dans une cellule de crise. » … « Je trouve incompréhensible que quiconque [en Thaïlande] puisse penser que le Samui Times ai tout inventé », affirme-t-elle.

« Big Jokes » un des généraux de police les plus influents du pays avait été dépêché sur place. / Photo : The Nation

Suzanne Buchanan, qui a vécu près de 20 ans en Thaïlande, a quitté Samui en 2016, peu après la condamnation des travailleurs migrants birmans.

« J’ai pris la décision de quitter la Thaïlande après que les deux hommes birmans ont été condamnés à mort » … « J’ai suivi cette affaire de très près et je me suis sentie très mal à l’aise avec cette condamnation qui me paraissait injuste. », a-t-elle déclaré.

Buchanan confirme qu’elle n’a pas l’intention de retourner en Thaïlande.

« J’aimais la Thaïlande, mais j’estimais que le traitement de ces affaires par la police était effroyable et j’ai décidé qu’il était préférable pour moi de retourner au Royaume-Uni » … « Rester en Thaïlande aurait fait sentir que je tolérais leurs actions. »

Suzanne Buchanan et des familles de victimes devant le « 10 Downing Street » s’apprêtant a déposer une pétition « Les décès de britanniques en Thaïlande doivent être examinés par le gouvernement britannique »

Le Bangkok Post annonce, ce mercredi, que 9 personnes ont été arrêtées pour avoir partager cette « fausse » information depuis une page Facebook anti-gouvernementale « CSI-LA ».

Sources : Ucanews & l.r

Vous souhaitez apporter une correction, un complément d’information, suggérer un article ou signaler une erreur, merci de le faire ici.
Vous avez repéré une faute d’orthographe, merci de nous la signaler en cliquant ici.