La Thaïlande fait appel aux touristes pour lutter contre la traite des êtres humains

Une banderole avec un message d'avertissement contre la traite des êtres humains à l'aéroport Suvarnabhumi de Bangkok, en Thaïlande, le 28 mars 2018. / Photo : THOMSON REUTERS FOUNDATION/ Beh Lih Yi

Des aéroports aux centres commerciaux, la Thaïlande intensifie une campagne ciblant les touristes étrangers dans son dernier effort pour garder le pays libre de la traite des êtres humains, les autorités espèrent un meilleur classement international.

La Thaïlande est régulièrement classée comme l’une des meilleures destinations touristiques au monde. Les données du gouvernement ont montré que la Thaïlande a accueilli un nombre record de 35 millions de visiteurs en 2017 et qu’elle devrait atteindre plus de 37 millions en 2018.

Mais ces dernières années, la communauté internationale a également attiré l’attention sur ce que les groupes de droits qualifient de trafic humain généralisé, en particulier les femmes forcées à la prostitution et les pêcheurs qui travaillent dans des conditions proches de l’esclavage moderne.

L’an dernier, le Département d’État américain, avait placé la Thaïlande sur une – liste de surveillance – dans son rapport annuel sur la traite des personnes, selon eux, elle n’avait pas fait assez pour lutter contre le trafic d’êtres humains.

Espérant un meilleur classement, le gouvernement a juré un nettoyage. Au cours des derniers mois, il s’est associé à des compagnies aériennes et à des organisations caritatives pour avertir les visiteurs de leur implication dans la traite, tout en les exhortant à repérer et signaler les cas potentiels.

« Tous les efforts sont importants » … « Nous faisons de notre mieux » … « Par conséquent, nous espérons que la situation en Thaïlande sera meilleure, et qu’elle sera reconnue par la communauté internationale. », a déclaré Weerachon Sukhontapatipak, à Reuters.

D’après Reuters, un nombre croissant de pays à travers le monde se tournent vers le secteur du tourisme pour aider à lutter contre la traite des êtres humains, y compris le secteur de l’hôtellerie souvent en première ligne et le personnel des compagnies aériennes pour repérer les signes.

Il y a également eu une augmentation du «tourisme responsable», où les vacanciers s’engagent à se renseigner sur des questions comme l’esclavage moderne.

Un écran de télévision montrant un message d’avertissement contre la traite des êtres humains à l’aéroport Suvarnabhumi. / Photo : THOMSON REUTERS FOUNDATION/ Beh Lih Yi

Source : Reuters

Vous souhaitez apporter une correction ou un complément d’information, nous suggérer un article ou nous signaler une erreur, merci de le faire sur notre formulaire disponible ici.