Des « faux » produits blanchissant la peau contenant du mercure vendus sur internet

Photo : Twitter

Des contrôles aléatoires récents sur 50 produits cosmétiques annoncés pour blanchir la peau ont révélé qu’un grand nombre d’entre eux contenaient du mercure, un élément nocif interdit en raison de sa capacité avérée à causer des problèmes de santé.

Des tests réalisés sur 50 produits dans un laboratoire gouvernemental (qui comprenait des lotions et du maquillage), ont permis de détecté la présence de mercure sur 12 d’entre eux, le mercure est un composé chimique qui peut endommager les reins, les systèmes nerveux et respiratoire au fil du temps.

Le directeur général du département de la santé publique, le Dr Sukhum Kanchanapimai, a annoncé que les cosmétiques avaient des niveaux de mercure allant de 0,035 à 3,959% du poids complet de ses produits, a rapporté la ThaiPBS.

Dr. Sukhum Kanchanapimai / Photo: PattayaOne

Le mercure a longtemps été interdit d’utilisation dans tous les cosmétiques en Thaïlande en raison de sa corrélation prouvée avec une myriade de maladies. L’exposition répétée par absorption ou inhalation, permet à l’élément de s’accumuler dans le corps et de causer des troubles hépatiques et rénaux, de l’anémie, des infections des voies urinaires, des tremblements et des changements émotionnels tels que sautes d’humeur, irritabilité, nervosité et incapacité d’interagir et autres…

Dr Sukhum a averti les acheteurs de produits cosmétiques blanchissants à acheter auprès de marques de confiance et de se méfier particulièrement des produits vendus en ligne, où les contrefaçons fleurissent et contiennent souvent des produits chimiques nocifs.

En réponse à de telles découvertes, le département des sciences médicales du gouvernement a créé une application appelée « Natang Tuanpai Sukhapap » (Fenêtre d’alerte sanitaire) pour informer les consommateurs sur les ingrédients cosmétiques. Ils prévoient également de tester plus de cosmétiques à la recherche de substances nocives de toutes sortes.

Talc « Baby Powder » de J&J / Photo : Blog

Récemment, une juge californienne avaient suscité un tollé en revenant sur la condamnation record d’une multinationale « Johnson & Johnson (J&J) » à verser 417 millions de dollars (environ 353 millions d’euros) à une femme qui déclarait avoir développé un cancer de l’ovaire après avoir utilisé un produit à base de talc: « Johnson’s Baby Powder » aussi très utilisé par les femmes en Thaïlande.

source

Vous souhaitez apporter une correction ou un complément d’information, nous suggérer un article ou nous signaler une erreur, merci de le faire sur notre formulaire disponible ici.