Une famille bloquée 3 mois dans le hall des départs de l’aéroport de Bangkok-Suvarnabhumi

Photo: Kanaruj Artt Pornspolt / Facebook

Une famille Zimbabwéenne est resté bloquée dans la salle d’embarquement de l’aéroport international de Bangkok-Suvarnabhumi pendant trois mois dans ce qui semble être une tentative d’asile échouée.

Selon les médias thaïlandais, la famille de huit personnes aurait vécu de la générosité du personnel de l’aéroport qui a fourni de la nourriture et d’autres nécessités tandis que les canapés des salons sont devenus leurs lits.

Leur situation à été rendu public ce mardi après qu’un des employés de l’aéroport est posté une photo sous-titrée en remettant un cadeau de Noël à l’un des enfants, « Mashia ».

« La petite Mashia du Zimbabwe est restée bloquée à l’aéroport avec son frère et sa famille pendant près de trois mois à cause de l’instabilité dans leur pays d’origine » … « Ils restent forts, parfois ils jouent comme des enfants, mais ils ne sont pas méchants ou pleurnichards, j’ai promis de lui apporter un cadeau de Noël aujourd’hui » … « Joyeux Noël à Mashia, Milan, Eton et Tanaka, pour vous souhaiter à tous de revenir dans votre douce maison dès que possible. », a déclaré Kanaruj Artt Pornspolt dans une publication sur Facebook.

Les efforts des medias thaï pour obtenir un commentaire du directeur de l’aéroport de Suvarnabhumi, Srirote Duangrat, ont été vains mais le général de division Pruettipong Prayoonsiri, qui est un fonctionnaire de la police d’immigration aurait confirmé le récit sans donner de plus de précision.

« C’est juste une famille normale, ils n’ont rien fait », a déclaré Pruettipong ce mercredi.

Beaucoup ont dit que leur situation ressemblait étrangement au film « The Terminal », sorti en 2004 avec Tom Hanks qui joue le rôle d’un homme d’Europe de l’Est coincé dans l’aéroport international John F. Kennedy de New York.

« S’ils sont entrés en Thaïlande, ils seraient des immigrants illégaux, et la Thaïlande devrait les renvoyer au Zimbabwe » … « Mais rester dans l’aéroport comme ça, ils ne peuvent pas rentrer chez eux à cause de l’instabilité. Cela ressemble à de la torture! » … « Comment payent-ils les choses? Les prix des aéroports sont vraiment élevés. » sont parmi les commentaires relevés sur les réseaux sociaux.

Des millions de Zimbabwéens sont réfugiés économiques et politiques à travers le monde ayant quitté le pays pour échapper aux difficultés économiques et à la répression politique qui a émaillée les 37 ans de pouvoir du président Robert Mugabe.

Les autorités de l’immigration ont initialement annoncés qu’elles déplaceraient la famille vers un centre de rétention au centre-ville de Bangkok. Mais plus tard dans la journée, un responsable du HCR a déclaré aux reporters de ThaiPBS que le HCR prenait en charge le dossier et ferait de son mieux pour aider la famille Rodrick, ajoutant que l’agence ne pouvait pas divulguer le pays que la famille avait choisi pour demander asile cette information est confidentielle.

La famille composée de quatre adultes et quatre enfants est désormais confiée à « Ukraine International Airlines » et à l’immigration thaïlandaise à l’aéroport. Ils ont été condamnés à une amende de 20 000 bahts pour avoir dépassé le délai de visa et ont été interdits d’entrée en Thaïlande pendant un an.

AllAfrica, KhaosodEnglish et ThaiPBS

Vous souhaitez apporter une correction ou un complément d’information, nous suggérer un article ou nous signaler une erreur, merci de le faire sur notre formulaire disponible ici.