Ils critiquent la junte militaire et deviennent numéro 1 sur iTunes

Capture du clip "Prathet Ku Mee" de Rap Against Dictatorship / Youtube

Un titre d’un groupe de rap critiquant la junte a été visionnée des millions de fois sur Facebook et YouTube depuis mardi dernier, le morceau est devenu numéro 1 des ventes sur iTunes dans le pays.

Mise a jour du 30/10 : La police a affirmé qu’aucune parole du titre ne pouvait être considérée comme illégale.

Un producteur et rappeur de l’équipe de « Rap Against Dictatorship » a déclaré au journal Khaosod que cette chanson n’était pas illégale, même si quatre des dix artistes présents dans la vidéo ont souhaité caché leur visage, de peur d’être qualifier de militants pro-démocratie.

«Ils ne veulent pas que leurs vies soient impliquées dans ce problème. Ce ne sont pas des militants », a déclaré Pratchayaa Surakamchonrot, âgée de 33 ans, l’un des quatre producteurs qui ont pris part à cette collaboration pour protester contre le régime militaire.

Les 10 rappeurs underground ont adopté différents pseudonymes afin de préserver leur anonymat pour ce titre.

Pratchayaa Surakamchonrot est un ancien chanteur et compositeur du label « RS », il a déclaré que la réalisation de ce titre avait nécessité six mois de travail. La chanson «My Country’s Got…» (Prathet Ku Mee en thaï) a attiré une très forte attention sur les réseaux sociaux depuis sa mise en ligne mardi dernier.

Un ancien député de Pheu Thai (parti de l’ancienne première-ministre), Chaturon Chaisang qui avait été lui-même inculpé de sédition pour avoir contesté la légitimité de la junte après le coup d’État de 2014 s’est adressé sur Facebook pour soutenir la chanson.

Cette chanson est une rare voix de dissidence; Les artistes et célébrités d’ordinaires se refusent à s’exprimer sur des questions politiques, d’autres ont été critiqués pour leur coopération avec le gouvernement militaire, confie un rédacteur de Khaosod.

Dans ce titre de cinq minutes, les dix rappeurs dénoncent à tour de rôle ce qui, selon eux, ne va pas en Thaïlande.

Pratchayaa, qui rap depuis 15 ans et qui se considère comme un militant en faveur de la démocratie, a déclaré espérer que la chanson inspire d’autres artistes à reconnaître qu’ils peuvent faire la différence, peu importe leur poids.

«Je n’ai aucune attente concrète. Mais je pense que l’idée se répandra pour que d’autres artistes hip-hop puissent le faire aussi. Ils peuvent encourager les autres à penser et à s’exprimer », a déclaré le rappeur, ajoutant qu’il espérait qu’un festival de musique contre la dictature pourrait être organisé prochainement.

La vidéo évoque la dégradation du corps d’un élève lynché lors du massacre du 6 octobre 1976 à Sanam Luang lorsque les forces de l’État et des paramilitaires d’extrême droite ont attaqué des manifestants étudiants sur le campus de l’université Thammasat et sur la place Sanam Luang adjacente, précise « The Nation ».

L’apparition du morceau n’a pas vraiment réjouit les autorités, certains pense que les actions des rappeurs ont pu violer la loi sur les crimes informatiques, qui interdit toute information informatique -incompatible avec la vérité-, compromet la sécurité nationale ou provoque la panique publique.

Quoi qu’il en soit le titre est en passé avant-hier, en tête de la liste des téléchargements en Thaïlande sur la plateforme « iTunes », et cela juste après que la police et le gouvernement aient menacé le groupe de poursuites judiciaires.

Hier soir, le groupe aurait même donné un concert underground.

Le titre à déjà été vu 12 millions de fois sur les réseaux sociaux.

Source: Khaosod, The Nation

Vous souhaitez apporter une correction, un complément d’information, suggérer un article ou signaler une erreur, merci de le faire ici.
Vous avez repéré une faute d’orthographe, merci de nous la signaler en cliquant ici.